Mai 2018 : oral blanc du brevet.
L'élève entre, apprêtée. Quand je dis apprêtée, c'est un euphémisme... La hauteur de ses talons rend sa démarche laborieuse, sa jupe est si courte, qu'on est en droit de se demander si elle n'a pas oublié d'en enfiler une, son décolleté si pigeonnant qu'on a l'impression que ses seins louchent. Quant au maquillage... il est à l'avenant. Après son passage, ne voulant pas lui faire de réflexions devant mon binome, je la rejoins dans le couloir pour lui dire, en essayant de ne pas la vexer : Je vois que tu as fait des efforts vestimentaires comme on te l'avait demandé, c'est bien ! Mais vois-tu, pour un oral, ta tenue est un peu "légère", un peu courte ; je dirais "inappropriée", tu comprends ?
Juin 2018 : oral du brevet.
Nous interrogeons la même élève qui, malgré quelques efforts, ne semble pas avoir tout à fait compris le message ; elle a certes remplacé la mini-jupe par un pantalon, mais il est tellement moulant qu'on manque de s'étouffer (de rire) en constatant... qu'elle ne porte pas de sous-vêtement !

Je tiens à préciser que, indépendamment de tout ça, elle a eu une très bonne note ;-)

Talons