"Mes chers très cons patriotes,

Je m’adresse à vous ce soir pour vous faire connaître la décision que j’ai prise, dans la perspective de la prochaine élection présidentielle.
Dans la vie, il y a des épreuves, et ces dernières années m'en ont donné à vivre des difficiles, dont je suis sortie victorieuse car, face aux épreuves, j’ai pu avoir une capacité inépuisable de résistance devant l’adversité.
Par un devoir d'honnêteté envers vous, j
e vous dois une explication sur l'affaire du ballon de basket
(lire les articles précédents), dont les médias ont fait leur gorge chaude. Au moment où je m’exprime, le ballon a été retrouvé (il était tombé sur le casque intégral d'un type qui sortait du collège en scooter), et mon avocat Michel Jordant (parent délégué de la 4ème 4) a défendu mes intérêts avec brio (à la seule condition que son fils ait une moyenne au dessus de 17/20 toute l'année) et je l'en remercie. Pour avancer, il faut savoir se remettre en question. Oui, j'ai fait des erreurs. Une fois, j'ai même dit très fort à un élève : donne-moi ton carnet ! Je lui présente mes excuses.

À mes défenseurs, je reviendrais rapidement sur quelques points de mon programme, pour les consoler :
-
D'abord, Clermont-Ferrand comme capitale, c'était pas forcément une bonne idée : c'est une cuvette, il y fait chaud, et askip, ça pue le pneu.
- D'autre part, les ados, c'est vrai après tout, ils peuvent se bouger le derch pour se lever plus tôt, ces feignasses, s'ils n'étaient pas tout le temps sur leurs écrans.

- Et puis le mariage en CDD, de toutes façons, qu'on en prenne pour 3, 7, 15 ans ou toute la vie... ça reste un défi !

À mes détracteurs, je dirais :
- Les chocolatines, qu'elles soient à 10 centimes ou à 1,30 €, ça fait grossir pareil.

Aussi, j'ai décidé de ne pas être candidate aux élections présidentielles. Voilà le message que j’étais venue ici vous adresser. Dans les mois qui viennent, mon devoir, mon seul devoir, sera de continuer à essayer de vous faire rire, en m’y consacrant dès que je chercherai à procrastiner devant mes tas de copies.

VIve l'arrêt public. Vive la France."

images