Mail à l'attention de l'équipe pédagogique d'une classe de 3ème :

"Mesdames, Messieurs,
Comme chaque année, je souhaiterais rencontrer les enseignants de ma fille Patricia afin de m'assurer que..."  Et bla bla bla et bla bla bla.

  
Par retour de courrier, j'interroge la maman en lui demandant si ce mail s'adresse à tous les enseignants car, précisément en musique, sa fille a de très bons résultats, que tout va bien, et que je ne juge pas nécessaire de la rencontrer (il y a deux réunions parents-professeurs pour cela dans le courant de l'année et j'ai 450 élèves, donc d'autres chats à fouetter -hors cas particuliers bien entendu-).
   La mère insiste et me soutient que "si, c'est très important pour (elle) de rencontrer TOUS les professeurs". Et merde. Nous peinons à trouver un créneau commun. Nous nous entendons pour un matin à 7h45.
   Le jour J, après avoir bousculé le planning familial pour satisfaire cette maman, je fais le pied de grue dans le hall d'entrée du collège à 7h45 pétantes. 7h50... personne. 7h55... je commence à pester. 8h... je me décide à appeler la mère sur son portable (mon premier cours commence à 8h05), mais au même instant, elle déboule. Je suis légèrement énervée, m'avance vers elle en la prévenant que je n'ai plus le temps de la recevoir ; elle me demande qui je suis. Je me présente, et elle met la main devant sa bouche en inspirant et en m'annonçant qu'elle est désolée, mais qu'elle a complètement oublié notre RV, et que là, elle a RV à 8h avec un autre professeur.

   Et elle m'adresse un grand sourire en me lançant un : "C'est pas bien grave, parce que, de toutes façons, tout va bien en musique avec Patricia, non ?".

   On a le droit de tuer des parents d'élèves ou pas, j'ai oublié ?

th