Forte de mon expérience de daronne d'ados, j'ai élaboré ces derniers mois une théorie : la théorie des poils qui poussent ® pour expliquer la nonchalance des jeunes à cet âge : ils sont fatigués par la poussée pileuse.
Mais une question demeure, que nous nous posons tous : pourquoi sont-ils fatigués la journée plutôt que la nuit ?
Là, mon esprit scientifique (aussi affûté que l'estimation douteuse que j'ai pu faire de la distance qui séparait ma voiture de ce putain de mur de garage l'autre jour en allant bosser et qui ne m'a malheureusement pas permis de négocier la sortie aussi bien que je l'aurais souhaité en mon for intérieur, me donnant l'occasion par là même de relooker tout le côté droit de ma voiture), mon esprit scientifique disais-je, m'amène à supposer que les poils préfèrent sortir le jour parce que ça fait déjà un bail qu'ils sont enfermés sous l'épiderme dans le noir et qu'ils ont bien envie de se dorer la pilule au soleil tranquilou-bilou.
Et puis adolescent, ça vient du latin "adolescere" qui signifie "grandir vers", alors, c'est bien ce que je disais : plus qu'un état, l'adolescence, c'est un processus, et le processus est le suivant : les poils grandissent vers (la lumière ?).

Poil qui pousse