Bonjour, et bienvenue pour le 2ème jour de notre stage en accéléré sur l'éducation positive.

Le Dr. Sophie Benkemoun nous rappelle que, si toutes les émotions sont légitimes, tous les comportements ne sont pas acceptables. Chaque acte que l’on pose a des conséquences, positives ou négatives. Si un enfant ne respecte pas la limite, il y a des conséquences ; elles doivent avoir un lien direct avec ce qu'il s’est passé, afin d'être constructives. On peut également donner le choix à l'enfant, dans un cadre défini, pour qu'il assume la conséquence de ses actes, en quelque sorte.

Toute éducationnée positivement que je suis, je décide de mettre en pratique plusieurs "trucs" en classe dès le lendemain. Et ça fonctionne !

À un élève qui bavarde avec un autre, je dis : "Kevin, tu as deux solutions : soit tu continues à bavarder avec ton voisin (comportement) et je serai obligée de te changer de place pour pouvoir continuer mon cours (conséquence), soit tu restes à côté de lui en te taisant, c'est TOI qui choisis". Il se tait immédiatement : magique !

Je retente le coup à l'heure d'après : "Laetitia, tu as le choix : soit tu apportes ton cahier la prochaine fois pour pouvoir travailler convenablement, soit tu reviendras copier ta leçon pendant une heure de colle parce que c'est le "tarif" que j'applique pour trois oublis de cahier, et tu l'as déjà oublié deux fois. TU choisis". Elle semble tout à fait d'accord avec cette logique : formidable !

Je ne leur ai pas encore fait le coup de la maison à deux étages. Vendredi après-midi, en dernière heure de la journée, après m'avoir poussée à bout, Jules m'en donne l'occasion : à sa énième provocation, je lui rétorque avec une compassion teintée de cynisme vitriolé, depuis mon rez-de-chaussée à moi : "non mais t'inquiète, c'est normal que tu réagisses comme ça, t'es pas fini".
(...)
Boooouuuuuhhhhh ! J'y arriverai jamais !

Education +

PS : le premier qui me fait une réflexion (comportement) s'en prend une (conséquence).