05 juillet 2017

Le goûter de classe

Parfois, nous avons de belles surprises dans notre boîte mail professionnelle, comme cet exemple ci-dessous, envoyé par la déléguée de classe :
   Bonjour, j
e me permets aujourd'hui de vous écrire au nom de toute la 3ème A. Après cette année passée en votre compagnie, nous souhaiterions vous remercier autour d'un goûter que nous organiserons pour vous demain à 12h15 (...). Nous espérons que vous pourrez vous joindre à nous pour un dernier au revoir. Bon dimanche.

C'est amusant, les réponses des collègues sont assez révélatrices de leur caractère :
1) La collègue sympa, énergique -un point d'exclamation par phrase-, qui aime son boulot : Quelle  gentille et belle idée ! La salle A440 est libre et à votre disposition ! Je serai des vôtres bien entendu !
2) Une collègue discrète, adorable, toute douce : Bonjour, Je viendrai avec plaisir.
3) La collègue très formelle, très stricte, qui a reçu une très bonne éducation et des très bonnes manières (et qui a toujours un balai dans    sa salle) : Bonjour, C'est une initiative très sympathique dont je vous remercie. Je passerai volontiers.
4) Le collègue qui n'ouvre jamais sa boîte mail : Échec de la remise pour ce destinataire. Si le problème persiste, contactez le support technique.

5) La prof sympa, drôle, dynamique, qui fait preuve d'empathie tout en étant pédagogue, douce et ferme à la fois, qui sait mettre en valeur le travail de ses élèves, ne compte pas ses heures, qui est également boute-en-train avec ses collègues et qui, pour couronner le tout, possède une autorité naturelle et dont la relation à la classe est excellente, faite d'écoute mutuelle, d'humour et d'exigence dans le travail. La nana vraiment en or, quoi : Youpi un goûter. Vive la 3ème A ! (Ah ben ça alors, c'est moi ;-)
6) La collègue qui est à deux doigts de se faire payer en heure sup pour assister à ce goûter : Bonjour à tous, Très bonne idée seulement voilà je ne travaille pas le lundi mais là je vais faire l'effort de me déplacer car cela me fait très plaisir. À demain.
7) Le collègue qui est tout content parce qu'il n'a pas besoin de prévoir un pique-nique pour le lendemain : Je passerai un petit quart d'heure car je n'ai qu'une demi-heure pour manger.

Il faut de tout pour faire un monde !

goûter

 

Posté par magbleblog à 07:30 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,


23 juin 2017

Cyclothymie de l'élève

   Dans une salle de classe, un élève se comporte différemment selon qu'il pleuve, qu'il neige ou qu'il vente. Si vous n'avez pas d'application météo sur votre smartphone, venez donc nous observer (c'est plus efficace que la pomme de pin dans une boîte à chaussures, je vous jure).

- Très froid (9°C-13°C environ) : l'élève est congelé, il ne quitte pas son manteau, il ne bouge plus, il est neutralisé. Le professeur aussi.
- Froid (14°C-18°C environ) : l'élève se les pèle, mais il a encore l'énergie pour le dire, le re-dire, le répéter, voire le re-répéter, le bougre.
- Pluie : la phrase "Oh, il pleut !" (ou "Comment il flotte sa mère !" selon les zones géographiques) se répand comme une trainée de poudre dans toute la classe ; un réflexe archaïque pousse certains d'entre eux à aller vérifier l'information à la fenêtre.
- Neige : la phrase "Oh, il neige !" se répand comme une trainée de poudre dans toute la classe, va crescendo et monte vers l'aigu ; un réflexe archaïque pousse certains d'entre eux à aller vérifier l'information à la fenêtre.
- Orage : le nombre de décibels dans la classe atteint celui d'un burin pneumatique. On pourrait croire à la fin du monde. Il fait orage, il fait désespoir, tout juste s'il ne fait pas vieillesse ennemie.
- Chaud (27°-34°C) : l'élève a chaud, mais il a assez d'énergie pour le dire, le re-dire, le répéter voire le re-répéter à nouveau encore. Il essaie de faire du vent en tournant son hand-spinner le plus rapidement possible, mais la plupart du temps, il tombe (le hand-spinner, pas l'élève...).
- Canicule (au delà de 35°C) : l'élève est liquide, il a fondu, son cerveau aussi. Il ne bouge plus, il n'a même plus la force d'actionner son hand-spinner, c'est dire.
- Température parfaite (19°C-26°C) --> les conditions sont optimales pour que l'élève adopte un comportement studieux sauf si :
   1) il a eu un contrôle juste avant,
   2) il a un contrôle juste après,
   3) c'est après un week-end prolongé et il s'est couché à pas d'heure 3 soirs d'affilée,
   4) Kévin ne lui parle plus parce qu'il fait trop son mec,
   5) il a joué jusqu'à 3h du mat sur son portable et ne se contrôle plus,
   6) il y avait des frites à midi à la cantine et il en a trop mangé,
   7) il y avait des courgettes à midi à la cantine et il a faim,
   8)
sa daronne lui a confisqué son portable toute la semaine,
   9) un assistant d'éducation vient annoncer l'absence du prof de maths le lendemain et les élèves entament la danse du ventre,
  10) le même assistant d'éducation revient 10 minutes plus tard pour annoncer qu'en raison de l'absence du professeur de mathématiques, le professeur d'histoire-géographie prendra la classe pendant ce créneau (merci de noter ce mot dans le carnet) et les élèves réclament leur avocat.

   Bref, pour un meilleur rendement pédagogique, je propose donc de faire cours dans des bunkers climatisés à 0°C. En plus, ça ferait augmenter l'espérance de vie et baisser le réchauffement climatique.

Thermomètre

Posté par magbleblog à 07:30 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

19 juin 2017

Événement de la plus haute importance absolue de la mort qui tue (de ouf)

Dans la vie, il y a des détails qui nous paraissent anodins mais qui sont vraiment très très graves pour d'autres. C'est le cas de ce non-événement qui a nécessité une grosse remise en question chez une maman (et un bourrage de boîte mail professionnelle).

Mail de la maman, mercredi 14 juin, 17h48 :
Mesdames, Monsieur,
L'ENC (l'environnement numérique du collège, NDLR) indique des erreurs sur les absences de A., alors que celle-ci était bien en cours :
- le 31/03/17 en musique et Techno
- le 20/04/17 en musique et en français.
Mon mari (sympas les conversations avec ton mec, dis-donc, ça fait rêver !) a téléphoné au collège pour faire corriger ces erreurs, sans succès. Sur les conseils de Mme F., je vous adresse ce message afin d'obtenir une correction.

Et nous autres, couillons de profs, au taquet :
Réponse de la prof de musique, mercredi 14 juin, 23h25 :
je me suis « amusée »  (oui, parce que j'avais que ça à faire un mercredi soir à 23h25) à remonter l’historique de l’ENC : en effet, le 20 avril, A. était absente du cours de musique puisqu’elle faisait visiter l’établissement aux CM2. Quand elle n’est pas dans mon cours, même si elle est occupée ailleurs pour une raison tout à fait valable, je suis dans l’obligation de la marquer absente. J’ai essayé de modifier, ce n’est plus possible. Le principal est que vous sachiez qu’elle était bien au collège ! Quant au 31 mars, il y avait une grande répétition de la chorale à un horaire inhabituel, et elle avait sans doute cours à ce moment là.

Réponse du prof de techno, mercredi 14 juin, 23h50 :
Après vérification, A. est bien notée absente pour un motif dit "recevable". Avec un profil professeur, il nous est impossible de rectifier une absence une fois qu'elle a été traitée par la vie scolaire. De plus, deux mois et demi après, je ne peux pas affirmer qu'A. était bien absente ou présente à mon cours. Elle peut être absente à un cours mais présente au collège. Je ne sais pas bien quoi vous dire de plus (et encore, il est bien sympa d'avoir dit tout ça déjà !).

Réponse de la prof de français, jeudi 15 juin, 10h32 :
Je vous ferai la même réponse que mes collègues (avoue collègue : on t'avait bien mâché le travail, pas vrai ?) : A. a sans doute accompagné les CM2 ces jours là. Nous sommes obligés de la noter absente du cours pour de simples raisons de responsabilité. Si elle avait été absente ce jour du collège, vous auriez été appelée. La CPE pourra vous confirmer l'explication de l'absence d'A., si cela vous semble nécessaire (= si vraiment t'es une flippée de la vie).

Réponse de la maman, jeudi 15 juin, 11h29 :
Je vous remercie pour vos recherches et vos promptes réponses. Je les comprends de votre point de vue d'enseignants. Toutefois, je déplore que ce fonctionnement n'incite pas les enfants, ni leurs parents, à autoriser des activités autres que le cours classique en salle (Et au fait, Madame, dis-moi tout : tu fais quoi dans la vie ? Tu bosses pas et tu t'ennuies, c'est ça ?).
J'espère juste que ces absences apparaissant non justifiées, alors qu'elles le sont par des activités organisées par le collège, ne pénaliseront pas A. dans son parcours futur (pas sûr qu'elle intègre l'ENA avec ça, la pauvre petiote).

Réponse de la prof de musique, jeudi 15 juin, 12h01 :
Ne vous inquiétez pas, ça n'apparaîtra pas sur son casier judiciaire.

Elle ne nous écrit plus depuis. Dommage, je l'aurais bien remerciée pour ce billet de blog.

Haute priorité

Posté par magbleblog à 09:34 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

18 avril 2017

Immunité parentale

Mail à l'attention de l'équipe pédagogique d'une classe de 3ème :

"Mesdames, Messieurs,
Comme chaque année, je souhaiterais rencontrer les enseignants de ma fille Patricia afin de m'assurer que..."  Et bla bla bla et bla bla bla.

  
Par retour de courrier, j'interroge la maman en lui demandant si ce mail s'adresse à tous les enseignants car, précisément en musique, sa fille a de très bons résultats, que tout va bien, et que je ne juge pas nécessaire de la rencontrer (il y a deux réunions parents-professeurs pour cela dans le courant de l'année et j'ai 450 élèves, donc d'autres chats à fouetter -hors cas particuliers bien entendu-).
   La mère insiste et me soutient que "si, c'est très important pour (elle) de rencontrer TOUS les professeurs". Et merde. Nous peinons à trouver un créneau commun. Nous nous entendons pour un matin à 7h45.
   Le jour J, après avoir bousculé le planning familial pour satisfaire cette maman, je fais le pied de grue dans le hall d'entrée du collège à 7h45 pétantes. 7h50... personne. 7h55... je commence à pester. 8h... je me décide à appeler la mère sur son portable (mon premier cours commence à 8h05), mais au même instant, elle déboule. Je suis légèrement énervée, m'avance vers elle en la prévenant que je n'ai plus le temps de la recevoir ; elle me demande qui je suis. Je me présente, et elle met la main devant sa bouche en inspirant et en m'annonçant qu'elle est désolée, mais qu'elle a complètement oublié notre RV, et que là, elle a RV à 8h avec un autre professeur.

   Et elle m'adresse un grand sourire en me lançant un : "C'est pas bien grave, parce que, de toutes façons, tout va bien en musique avec Patricia, non ?".

   On a le droit de tuer des parents d'élèves ou pas, j'ai oublié ?

th

 

Posté par magbleblog à 07:30 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

13 mars 2017

On aura tout lu !

   Comme je vous le disais récemment, dans notre boulot, ces vingt dernières années, l'administratif a pris de plus en plus de place. Pour peu que l'on soit professeur principal et/ou coordonnateur de sa discipline, je dirais que la proportion est de 1/3 d'heures de cours, 1/3 d'administratif et 1/3 de correction de copies/préparation de cours (c'est toujours la partie qui douille, parce que les deux autres mangent tout notre temps et notre énergie).
   Parmi les joies administratives, il y a celle qui consiste à répondre aux courriers/SMS/coups de fil, reçus quasiment 24 h/24, 7 j/7. Aussi, pour faire d'une pierre deux coups, j'ai décidé de répondre aux courriers les plus marquants des derniers mois, en direct live, sur mon blog, pour vous, ce soir, les amis, sous vos applaudissements.

Chère Madame la maman de mon élève de 6ème,
   Je comprends tout à fait que vous soyez super emmerdée que votre fille ait perdu les clés de votre maison, mais... comment vous dire... je ne suis pas sûre qu'il soit dans ma mission pédagogique de la chercher encore et encore. Après votre premier courriel, j'ai été sympa : j'en ai parlé à la classe, j'ai envoyé un mail à tous les collègues, je suis allée voir la CPE, les surveillants, j'ai répondu à vos coups de fil sur mon portable personnel, j'ai gardé votre fille dans ma classe après les cours pour qu'elle ne se retrouve pas à la rue... Mais là, je ne peux plus rien. Merci de votre compréhension. Y'a pas marqué Service des Objets Trouvés/Préfecture de Police là, hein. Quoique, parfois, je me le demande...

Eh oh, toi, là-bas,
   Alors, déjà, quand tu m'écris, on va établir une règle : tu commences ton mail par "Bonjour" ou, encore mieux, "Bonjour Madame", et tu le termines par "Merci" ou "Au revoir", ce genre de mots qu'on utilisait encore au XXème siècle, c'est pas plus cher et ça fait toujours plaisir, d'accord ? Merci.
J'ai bien noté que tu étais trrrrès impatiente de voir ta moyenne grimper grâce à la bonne note que tu as eue aujourd'hui en musique, mais vois-tu, quand tu me dis de but en blanc "je ne comprends pas pourquoi il n'y a pas mon 20 en musique" (Dieu merci, j'ai corrigé les fautes), je voulais te préciser qu'en fait, entre 10h15 (heure de ton cours), et 16h33 (heure de ton courriel), eh bien j'ai eu des occupations, j'ai fait cours notamment parce que, figure-toi, c'est un peu mon métier. Bref, j'ai eu une vie. Donc si tu veux bien attendre que je me pose devant un ordinateur pour entrer ta note dans l'environnement numérique, tu seras bien aimable.
PS : est-ce que je t'envoie un mail, moi, quand je te demande de te taire et que tu ne le fais pas immédiatement, hein ? Non. Bon. Alors.

Chère Madame,
   J'avoue : je n'aurais jamais dû vous appeler de mon portable sans masquer le numéro parce que maintenant, vous croyez trop que je fais partie de votre cercle familial. Donc pour répondre à votre message vocal, la réponse est "non". NON, je ne réparerai pas le carnet de correspondance de ton fils avec du ruban adhésif, comme tu me le demandes. Je n'ai pas passé un Bac Pro de réparateur de carnet de correspondance qui part en sucette, qu'on soit bien clair. Moi aussi, j'ai des problèmes dans la vie.
PS : en même temps que tu répares son carnet, profites-en pour recoller ton fils ; lui aussi, il part en sucette...

Bonjour A. (élève de 3ème),
   Je ne te remercierai jamais assez de ton mail écrit dans le but de me donner des pistes pour améliorer ma pédagogie en me conseillant d'arrêter de faire chanter les élèves devant toute la classe parce que TOI, tu détestes ça. Tu as raison : au diable le chant oral, vive le chant écrit ! Tu me dis d'ailleurs que "(tu) trouve(s) ça assez dommage de noter une simple performance orale, alors qu'un contrôle écrit nous permettrait d'apprendre plus de chose sur les origines des chansons, sur les auteurs, etc." (sic). De tout coeur, merci. C'est vrai que 180 exposés sur les Beatles dans le trimestre, ça peut-être vachement tripant. Tu sais quoi ? J'en parle à mon psy et je te tiens au courant. La bise.

Chère collègue,
   Si tu veux choper le 06 d'un collègue, évite de me demander si je peux lui demander s'il peut remplir les bulletins trimestriels de la classe dont tu es professeure principale STP, c'est pas discret. Allez, maintenant que je t'ai filé son 06, on croise les doigts pour toi ;-) Hasta luego.

Courrier

Posté par magbleblog à 07:30 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

08 septembre 2016

Ça sort du choeur

Devant La Flûte enchantée de Ingmar Bergman, j'interroge mes élèves : - Pourquoi les trois dames de la Reine de la Nuit sont-elles habillées en noir ? Suggestion : - Parce qu'elles sont gothiques ?

Une réplique du film "Amadeus" de Milos Forman. Un personnage de la cour de Vienne menace Mozart qui s'emporte : "Vous n'êtes pas l'unique compositeur à Vienne". Et Mozart de répondre : "Non, mais je suis le meilleur".
Un élève renchérit : "Vas-y l'ami, ça, c'est bien envoyé !"

Aux paroles de la chanson Mon Amant de Saint-Jean : "Moi, qui l'aimais tant, Mon bel amour, mon amant de Saint-Jean, Il ne m'aime plus, c'est du passé, n'en parlons plus".
Une élève réagit : Elle s'est fait tèje ! On dirait (tic de langage des jeunes : ils omettent la conjonction de subordination "que") c'est un jouet miskina (= la pauvre)

Une élève, qui vient d'entendre qu'on allait apprendre une chanson des Beatles : Les Beatles ? Waï ! Même pas ma mère elle écoute ça ! (Là encore, vous ajoutez un ou deux mot et vous remettez dans l'ordre...)

Les 3 dames de la nuit

Posté par magbleblog à 07:00 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

28 juin 2016

Chihuahua vs Pitbull (épisode 2)

Un collège chaud bouillant des Yvelines, cours de musique, jeudi 11h30-12h30, classe de 6° (oui, de 6°)

Les élèves, tels des lièvres en rut en Mongolie du Sud, entrent avec pertes et fracas dans la salle. Je ne fais pas l'appel, j'essaie de vérifier grosso-modo que Abdellah, Hakim, Melek, Mickaël, Hamed (j'oubliais : celui-ci s'est fait virer car il a enflammé un torchon imbibé de white spirit en plein cours d'arts plastiques), Karim, Anaïs, Fatimata, Fatoumata, Stéphane, Marina, Borivann, Sikhou et Diako sont là, mais c'est difficile car ils bougent tout le temps !
Un élève : Eh M’dam', keskonfé aujourd'hui ? Pas de la flûte j'espère, car c'est le Ramadan et quand c'est le Ramadan, on n'a pas le droit de porter quelque chose à sa bouche.
La prof : Et quand tu fumes, tu portes bien quelque chose à ta bouche n'est-ce-pas ? L'élève : Ouais zyva ! Eh Madame, ça s'fait pas ! Keske vous en savez si j'fume ? Eh j'fume pas moi Madame, j'aime pas qu'on m'insulte !
La prof : En tout cas, tu m'apporteras un mot de tes parents qui te dispense de jouer de la flûte pendant le Ramadan. Le relou : Ouais zyva ! Mon père si j'lui demande de faire un mot, il va me le faire pour toute l'année, il trouve ça débile la flûte, ça sert à rien. La prof : Tu m'apportes un mot juste pour le Ramadan, ça suffira. Le chieur : Ouais zyva ! Mon père y sait même pas écrire !
Un autre élève : Eh, Madame, vous z'avez pas maigri ? Vous faîtes un régime ? Silence de la prof. Le même : Ouais parce qu’au début de l'année, quand vous êtes arrivée, vous étiez obèse (faut pas exagérer, je viens juste d'accoucher Ducon).
Deux élèves entre eux, dans une conversation dont j'entends des bribes : Ouais bouffon, t'as qu'à l'niquer, mais t'es trop carotte, on t'souffle dessus, tu t'envoles comme une poussière connard.
Je sors mon alto, apporté pour leur montrer un instrument de la famille des cordes frottées. Diako (sérieusement) : Eh Madame, ça marche avec des piles ? Toute la classe : Ouououhhhh ! Il est trop carotte le pauvre ! Diako (encore plus sérieusement) : Ben quoi, le piano, il marche bien avec des piles ! Je continue la démonstration et leur parle du luthier Stradivarius et du prix de ses instruments. Jimmy : Non mais franchement, Madame, sans blague, si on vous dit "Je vous offre une maison ou je vous offre un Stradivarius", vous, vous choisserez quoi ? Faut être malade grave pour mettre autant de thune dans un violon !
La prof : Abdellah, arrête de taper sur le gong, retourne à ta place ! Abdellah : Eh Madame, j'ai rien fait, je vais juste jeter un papier à la poubelle et ça y est, tout d'suite, c'est ma faute.
La prof, fatiguée : BON-ALORS-MAINTENANT-VOUS-ALLEZ-M'ECOUTER-SINON-J'EN-PRENDS-UN-ET-JE-LUI-FAIS-AVALER-SA-FLUTE-PAR-LES-TROUS-DE-NEZ ! La classe, intriguée : Ouais, carotte ! Un élève ose : Eh, vous zavez pas l'droit Madame !
L’œil sur la trotteuse de leur montre pour faire le compte à rebours des 5 dernières secondes, les élèves sont prêts à bondir telle une horde de Français le jour des résultats du Brexit.
Drrriiiinnnggg !

Un quart de seconde plus tard, la salle est dévastée (moi aussi), mais vide (moi aussi)...

index

Posté par magbleblog à 07:30 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

27 juin 2016

Chihuahua vs Pitbull (épisode 1)

Un collège paisible des Yvelines, cours de musique, vendredi 8h30-9h30, classe de 6°

Les 27 élèves, un par un : Bonjour Madame, Bonjour Madame, Bonjour Madame
La prof fait l'appel : Mélanie B. ? Présente, Jean-Baptiste B. ? Présent, Arthur B. ? Présent, Jérémy B. ? Présent… (27 fois).
La prof : Bien, quelqu’un a-t-il oublié ses affaires aujourd'hui ? Aucune réponse.
La prof : Très bien, nous allons commencer par la flûte ce matin (c’était encore autorisé par la loi à l'époque). Les (27) élèves en chœur : Ouuaais ! On répète le morceau. La prof : Qui veut être évalué aujourd'hui ? Les (27) élèves : Moi !
Plus tard, un élève lève la main : Madame, est-ce-que je peux demander de la colle à mon voisin SVP ? La prof (Je rêve ! Ils vont bientôt me demander la permission de respirer !) : Oui, oui, bien sûr.
Maintenant, nous allons chanter. Les (27) élèves : Ouuaais ! Le chant est nickel chrome.
La prof : Et maintenant, nous allons écouter un extrait d'opéra de Puccini. Les (27) élèves : Ouuaais ! L'audition se déroule sans problème. Les élèves sont très attentifs. Pourtant, Céline lève la main : Madame, vous ne pouvez pas dire à Jérémy et Alexis de faire moins de bruit ? Ils n'arrêtent pas de parler ! La prof (Ah bon ? Mais j'ai rien entendu !), d'une voix autoritaire : Allez, Jérémy et Alexis, n'empêchez pas les autres d'écouter tranquillement la musique, sinon je vais être obligée de me fâcher.
La sonnerie annonçant la fin de l'heure retentit. Un élève : Madame, on peut sortir ? La prof : Oui oui, bien sûr.
Quelques élèves s'attardent autour de mon bureau. Jean-Baptiste me demande : Madame, on va en écouter beaucoup de musique classique ? La prof : Oui, pourquoi ? L'élève : Parce que c'est beau, j'aime bien ça. La prof (Mais oui, c'est ça, fayot) : Allez, c'est bien Jean-Baptiste, mais dépêche-toi, tu vas être en retard au cours de maths.

En attendant la classe suivante, je baille un coup.

images - copie

Posté par magbleblog à 07:30 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,