07 octobre 2016

Éducation positive : bilan

Nous sommes au regret de vous annoncer que, suite à un syndrome d'épuisement physique et mental lié à un excès de stress et de manque de considération, dû à la blonde qui prenait deux places avec son gros 4x4 de merde sur le parking de Auchan pour pas qu'on lui raye sa jolie peinture de merde et qui ne sait pas conduire (lire le billet "Education positive : TP n°3"), notre blogueuse est dans l'incapacité d'assumer le dernier jour du stage.

Elle a besoin de repos et je vous prierai de ne pas la déranger pendant quelques jours. Merci.

Pouce bandé

 

 

Posté par magbleblog à 07:00 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,


06 octobre 2016

Éducation positive : TP n°3

En ce 4ème et avant-dernier jour de stage, nous allons aborder le sujet qui nous rassemble sous un angle un peu différent.
Ce volet de stage pourrait s'appeler "Éducation positive : l'exception" ou encore "Éducation positive : faut pas pousser mémé dans les orties non plus".
En effet, Sophie Benkemoun peut bien dire ce qu'elle veut, il y a un endroit où les principes de cette éducation sont absolument inapplicables : la voiture. Le No man's land de toute courtoisie.

Au mec qui se gare devant votre garage, vous empêchant de sortir alors que vous êtes à la bourre et que vous avez cours dans 10 mn, êtes-vous capable de dire quand il revient : Mon bon Monsieur, vous avez raison, votre temps est sans doute plus précieux que le mien (c'est un invité, ne l'oubliez pas). Allez-y, je vous en prie. Ça a dû être difficile à vivre pour vous, de ne pas trouver de place au moment où vous l'auriez souhaité (le fameux miroir émotionnel). Vous me direz, je n'avais qu'à partir plus tôt franchement, voilà ce que c'est que d'être à la bourre, sotte que je suis, ha ha ha ! Mais oui, après vous... je n'en ferai rien...
Avouez : un doigt, ça défoule davantage (le tout sans ouvrir la bouche, comme ça, on évite les paroles blessantes, déplorables pour l'estime de soi)
Conseil : pour le doigt, attendez néanmoins que le conducteur vous ait laissé sortir, parce que sinon, vous allez la fermer votre bouche. Pour l'éternité.

Et le gars qui déboite sans prévenir, hein ? Il lui arrive quoi au mec qui déboite sans prévenir ? Il a le même clignotant que Monnome ou quoi ? JE SUIS PAS DANS TA TÊTE DUCON POUR SAVOIR SI TU VEUX ALLER À GAUCHE OU À DROITE BORDEL ! T'ES PAS TOUT SEUL SUR TERRE !
Précision : au rez de chaussée, le vouvoiement n'existe pas.

À la blonde qui prend deux places avec son gros 4x4 de merde sur le parking de Auchan pour pas qu'on lui raye sa jolie peinture de merde et qui ne sait pas conduire, on lui fait quoi pendant qu'elle est allée se faire manucurer les cheveux au laser, hein ? Eh ben, à la blonde qui prend deux places avec son gros 4x4 de merde sur le parking de Auchan pour pas qu'on lui raye sa jolie peinture de merde et qui ne sait pas conduire, et ben on prend sa petite clé de petite voiture de prof de merde, et on lui raye sa voiture, VOILÀ CE QU'ON LUI FAIT, À CETTE CONNE, COMPRIS ?
(Avertissement : ouh la la, elle n'a plus l'air de blaguer, la blogueuse, là !)

Méfiez-vous, je suis même plus au rez-de-chaussée là, vous voyez ; je suis descendue à la cave.
Pire, je suis en enfer !
ARGGGHHHHHHHHHHHHHH !!!!!!!!

oui-oui

PS : Ganesh, fais pas l'innocente : tu n'as pas de 4x4 et tu n'es pas blonde, mais je sais que tu te gares sur deux places sur le parking de Auchan pour pas qu'on abime ta voiture, c'est toi qui me l'as dit. ALORS ÇA SUFFIT COMME ÇA MAINTENANT !

Posté par magbleblog à 07:00 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

05 octobre 2016

Éducation positive : TP n°2

Bienvenue pour cette 3ème journée. Sympa ce stage sur l'éducation positive, n'est-ce pas ?

Sophie Benkemoun conseille l'écoute empathique plutôt que le jugement, les critiques ou les conseils, pour accueillir les émotions de l'enfant.
Un moyen très simple peut vous y aider : imaginez que la personne que vous avez en face de vous est un invité. La conférencière prenait l'exemple suivant : est-ce que vous diriez à quelqu'un qui part de chez vous en oubliant ses lunettes : "Et alors, tu peux pas faire attention (conseil) ? À chaque fois que tu viens ici, tu oublies quelque chose (critique), c'est pas possible (jugement) ! Ta soeur, quand elle vient, elle n'oublie rien, elle, au moins (comparaison = mauvais pour l'estime de soi) !".

Imaginons : rappelez-vous le jour où Fiston2 a renversé de la pulpe de groseille partout dans la cuisine (lire le billet "Céréales killer" du 13 septembre dernier), j'aurais dû lui dire : "Je comprends ton mal-être, tu dois avoir très mal à ton doigt parce que tu t'es brûlé avec le grille-pain. C'est vrai, il n'y avait plus de céréales, donc tu as été obligé de te faire griller une tartine, mon pauvre... Ta douleur aura sans doute engendré ce geste malencontreux qui t'a fait renverser le pot de jus de groseille et saloper toute ma cuisine permis de redonner à ce lieu de vie la fantaisie qui lui sied. Et maintenant, ben voui, tu souffres trop pour aller acheter des céréales pour ton petit-déjeuner, c'est normal mon chéri".
C'est sûr, c'est mieux que de dire "MEEEEEEEERDE, ça fait chier ! "  Une évidence.

La prochaine fois, je saurai également quoi dire à Fiston1, qui s'était mis à faire ses devoirs au moment où je lui demandais de faire les courses : "Mais oui mon garçon, je comprends ton empressement soudain à faire tes devoirs ; tu as sans doute dû te sentir en forte insécurité émotionnelle au moment où tu as ouvert ton agenda et que tu as vu tout le travail qu'il te restait à faire. Travail que tu n'avais pas spécialement anticipé parce que, et ce n'est pas de ta faute, ton premier étage est encore en construction et tu n'as pas encore la capacité d'avoir le recul nécessaire pour t'organiser un tant soit peu à l'avance. C'est ballot, ça tombait juste au moment où je te demandais d'aller chercher des céréales. Tu iras une autre fois, ne t'inquiète pas.". Certainement moins traumatisant que : "Bon sang, mais c'est pas vrai, c'est encore moi qui vais devoir y aller (j'ai trop fait ma victime ce jour là) !".

Education-positive

PS : N'empêche, mon éducation à moi aussi elle a fonctionné : en utilisant moins de mots, mais des plus gros, il y est allé finalement, les acheter, ses céréales (j'ai même eu un verre de jus de groseille gratos avant) !

Posté par magbleblog à 07:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

04 octobre 2016

Éducation positive : TP n°1

Bonjour, et bienvenue pour le 2ème jour de notre stage en accéléré sur l'éducation positive.

Le Dr. Sophie Benkemoun nous rappelle que, si toutes les émotions sont légitimes, tous les comportements ne sont pas acceptables. Chaque acte que l’on pose a des conséquences, positives ou négatives. Si un enfant ne respecte pas la limite, il y a des conséquences ; elles doivent avoir un lien direct avec ce qu'il s’est passé, afin d'être constructives. On peut également donner le choix à l'enfant, dans un cadre défini, pour qu'il assume la conséquence de ses actes, en quelque sorte.

Toute éducationnée positivement que je suis, je décide de mettre en pratique plusieurs "trucs" en classe dès le lendemain. Et ça fonctionne !

À un élève qui bavarde avec un autre, je dis : "Kevin, tu as deux solutions : soit tu continues à bavarder avec ton voisin (comportement) et je serai obligée de te changer de place pour pouvoir continuer mon cours (conséquence), soit tu restes à côté de lui en te taisant, c'est TOI qui choisis". Il se tait immédiatement : magique !

Je retente le coup à l'heure d'après : "Laetitia, tu as le choix : soit tu apportes ton cahier la prochaine fois pour pouvoir travailler convenablement, soit tu reviendras copier ta leçon pendant une heure de colle parce que c'est le "tarif" que j'applique pour trois oublis de cahier, et tu l'as déjà oublié deux fois. TU choisis". Elle semble tout à fait d'accord avec cette logique : formidable !

Je ne leur ai pas encore fait le coup de la maison à deux étages. Vendredi après-midi, en dernière heure de la journée, après m'avoir poussée à bout, Jules m'en donne l'occasion : à sa énième provocation, je lui rétorque avec une compassion teintée de cynisme vitriolé, depuis mon rez-de-chaussée à moi : "non mais t'inquiète, c'est normal que tu réagisses comme ça, t'es pas fini".
(...)
Boooouuuuuhhhhh ! J'y arriverai jamais !

Education +

PS : le premier qui me fait une réflexion (comportement) s'en prend une (conséquence).

Posté par magbleblog à 07:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

03 octobre 2016

Éducation positive : présentation

Bonjour et bravo ! Vous n'avez rien demandé, mais vous avez été selectionnés pour un stage intensif de 5 jours sur l'éducation positive, pendant lequel nous développerons dans un premier temps la théorie, dans un deuxième temps la pratique.

Pourquoi ce stage ? La semaine dernière, j'ai assisté à une conférence de Sophie Benkemoun (fondatrice de l'Atelier des parents) sur l'éducation positive. J'ai hésité à y aller, parce que j'avais déjà lu beaucoup de choses sur le sujet (t'as qu'à voir le résultat), puis je me suis dit que ça me servirait non seulement pour la vie de famille mais aussi pour le boulot. La soirée rentable, quoi.

Pour faire court : Sophie Benkemoun compare le cerveau à une maison à deux étages. En bas : le rez-de-chaussée (réflexes et émotions), acquis dès la naissance, en haut : le premier étage (réflexion, sens moral, empathie, etc), en développement jusqu'à 25-26 ans environ.
Déjà, je comprends mieux l'expression "elle n'a pas la lumière à tous les étages".
En outre, je pense à toutes ces personnes qui ont des maisons de plain-pied...
Donc, pas la peine de donner des conseils, de juger ou de critiquer un ado à l'âge des poils qui poussent, le maçon n'est pas encore arrivé pour l'extension du premier étage (pour mes z'ados, j'ai envie de prendre Monsieur Ribeiro, pour sa double expertise en bâtiment et en poil).

C'est ainsi que, perdue dans mes pensées sur les bienfaits de l'exploitation de ses propres enfants, mineurs de surcroit, tandis que ma fille me masse le dos et les cheveux, j'explique à Monnome le coup de la maison à deux étages et des différentes parties du cerveau. Je m'interromps pour demander à Filloute (laquelle n'a pas perdu une miette de notre conversation) : Mais où as-tu appris à masser si bien, toi ? Et elle de me répondre : Ben, dans mon cerveau ; mais là maman, on n'est pas au rez-de-chaussée, on est dans la catégorie "gratte-ciel" ! Je l'aime.
En fait, c'est elle qui m'élève positivement.

Demain, exercice pratique n°1 (ça vaut son pesant de cacahuètes*).

Education ++

 * C'est pas vrai, mais j'aime bien cette expression

Posté par magbleblog à 07:00 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,