Lorsqu'un enseignant demande un changement d'académie, le mouvement se fait en deux temps (d'où la célèbre expression "en deux temps, deux mouvements") : il est d'abord accepté dans une nouvelle académie, puis il doit formuler des voeux plus précis : c'est ce qu'on appelle la phase intra-académique. S’il n’y a pas de poste vacant dans la zone géographique qu'il vise, il peut être TZR - titulaire sur zone de remplacement - ce qui l'oblige à accepter n’importe quel poste dans une zone plus ou moins étendue selon les académies.
   Il se trouve que dans l'académie de Clermont-Ferrand, la zone qui m'intéresse est spécialement vaste puisqu'elle regroupe l'Allier et le Puy de Dome. Aussi, si je suis nommée au sud de la capitale du pneu, je peux me taper effectivement jusqu'à 300 bornes et 4 heures de trajet par jour aller-retour...
   Bref, parlons peu, mais parlons bien ; il ne me reste que quelques jours pour trucider un prof de musique afin de libérer son poste dans un patelin qui m'intéresse.

   Avouez, vous pensez la même chose que moi, n'est-ce pas ? Vous voyez où je veux en venir ? Mais siiiiii, enfin, réfléchissez deux minutes !
Un accident de flûte à bec, c’est si vite arrivé...
(Gniark, gniark, gniark...)

prof de musique