Cher.e.s tou.te.s,
Certain.e.s y voient un moyen d'éradiquer la suprématie du masculin sur le féminin, d'autres y voient un appauvrissement inéluctable de la langue de Molière. Perso, je n'y vois qu'un risque supplémentaire de choper mal à la tête : l'écrit.ure inclusi.f.ve, c'est bien beau, mais on s'en tamponne le coquillard avec une patte d'alligator femelle (à moins qu'il ne soit plus juste de dire avec une patte d'alligator.trice.teuse ?). Aussi, je m'adresse à tou.te.s les daron.ne.s d'adolescent.e.s, à tou.te.s les professeur.e.s, à tou.te.s les lecteur.trice.s de ce blog, à tou.te.s les humain.e.s et, après mes bonnes résolutions, voici mes voeux :
Qu'en 2018, le.e goujat.at (ben quoi, ce sont toujours des hommes ;-) qui se gare devant votre garage arrête de se croire tout permis comme pas permis, que le canard orange arrête de trumper la terre entière, que le thermomètre qui monte, qui monte, qui monte, ne fasse pas trop descendre, descendre, descendre les degrés du Pôle Nord, et que les fils des écouteurs de votre téléphone portable arrêtent de s'emmêler tout seuls.

À toutzéatousse bel.le et bon.ne an.née (all inclusive) !

inclusifve

 PS : si vous avez mal aux yeux en lisant ce post, allez donc chez l'opticien.ne et demandez-lui une paire de jumelle.meau.s.x !